Accueil » Actualités » Guerre en Ukraine : En cas d’attaque nucléaire l’Otan «éliminerait» les «forces russes» en Ukraine et en mer Noire
David Petraeus Attaque Nucleaire reponse Otan destruction force militaire Russe Ukraine Crimee Mer Noire Plare

Guerre en Ukraine : En cas d’attaque nucléaire l’Otan «éliminerait» les «forces russes» en Ukraine et en mer Noire

L’ex-général quatre étoiles David Petraeus a expliqué sur ABC qu’en cas d’utilisation de la bombe atomique (et donc d’une attaque nucléaire) en Ukraine l’Otan éliminerait la totalité des forces conventionnelles Russes sur le sol ukrainien, en Crimée ainsi que l’ensemble des Navires Russes présents en mer Noire.

Cet exercice de prospective est généralement assez périlleux pour l’intéressé mais à au moins l’effet escompter faire passer un message clair à la Russie qui sait depuis le début de la guerre en Ukraine utiliser sa télévision d’état pour faire la propagande de Poutine notamment concernant la dissuasion nucléaire.

Attaque nucléaire Ukraine Otan destruction armee russe ukraine crimee navire mer noire Plare

Que faire si la Russie utilise l’arme nucléaire en Ukraine ?

Que feraient les Etats-Unis et ses alliers de l’Otan si la Russie utilisait l’arme nucléaire en Ukraine ?

La réponse de Petraeus est sans appel «Nous répondrions en menant un effort de l’Otan qui éliminerait toutes les forces conventionnelles russes que nous pouvons voir» «Tous les navires en mer Noire seraient également détruits» a-t-il par ailleurs ajouté dimanche sur ABC.

Il s’agirait donc bien de détruire les forces présentes sur le sol Ukrainien, en Crimée et les navires de la mer Noire, augmentant donc le risque d’une escalade de la part de la Russie celle-ci étant avec une défense relativement réduite.

David Petraeus OTAN General 4 etoiles reponse attaque nucleaire Russie Otan Plare
Monica A. King; DoD photographer, Public domain, via Wikimedia Commons

Une réponse des Etats-Unis et de l’OTAN est-elle obligatoire ?

Cette analyse de l’ex-dirigeant de la CIA donc valeur d’avertissement, même s’il précise qu’il n’a pas l’aval de Jake Sullivan actuel conseiller à la sécurité nationale pour s’exprimer ainsi.

En effet la menace en permanence brandie par les médias Russes et certains dirigeants Russes n’a pas été aussi explicite dans la bouche du Président rappelant néanmoins qu’il ne bluffait pas si la Russie était acculée ou attaquée sur son territoire et ce dès le début du conflit.

Ce danger permanent qui plane sur le monde ne peut «en aucun cas être accepté»

Pourtant a priori Kiev ne fait pas partie de l’alliance et cela ne serait pas de nature à faire entrer l’Otan en guerre contre l’agresseur Russe.

Sauf que d’une part contre un tel acte «réponse des États-Unis et de l’Otan» serait quasi nécessaire et «Cela ne peut rester sans réponse».

D’autant que même si Kiev ne fait pas partie de l’alliance des radiations nucléaires provenant du territoire Ukrainien sur le sol de pays appartenant à l’alliance, en vertu de l’article 5 du traité d’Atlantique nord ceci pourrait être tout à fait interpréter comme une agression de fait contre l’Otan.

Il précise alors que pour lui : «On ne veut pas se lancer, une nouvelle fois dans une escalade nucléaire» mais en rappelant qu’un tel acte ne serait «rester sans réponse» avec le risque d’escalade donc qu’il évoque lui-même.

Navire de Guerre Russe Mer Noire reponse Otan attaque Nucleaire Plare

Vladimir Poutine est désespéré

Alors rassurez-vous, ou pas, il ne va pas mettre fin à ses jours mais malgré tout selon David Petraeus Vladimir Poutine est rattrapé par son erreur stratégique de départ et le manque de fiabilité de l’information sur l’état réel de son armée et donc c’est le choc avec «La réalité du champ de bataille à laquelle il est confronté est irréversible».

Et Petraeus de rappeler «aucune annexion, aucune menace nucléaire, même voilée, ne peut le sortir d’une telle situation» même avec sa mobilisation ratée et partielle, rien ne peut le sortir de cette situation catastrophique.

La solution pour l’ex-général 4 étoiles ? La négociation : Il faudra bien qu’il y ait un début de négociations, comme l’a dit le président ukrainien Zelensky» sauf qu’entre temps Zelensky a signé un décret impliquant quoi qu’il arrive zéro négociation avec Poutine et que le Kremlin indique lui attendre le départ de Zelensky pour négocier.

Navire Guerre Russe Mer Noire reponse Otan attaque Nucleaire Ukraine Plare

Cette impasse peut donc mener au chaos si la tension monte encore d’un cran. D’autant que Vladimir Poutine avait déjà fait allusion à l’utilisation du nucléaire de nombreuses fois dans ses derniers discours.

Et Jens Stoltenberg avait déjà expliqué après la signature de l’annexion des régions de Donetsk, Lougansk, Zaporijjia et Kherson que «Une guerre nucléaire aurait de graves conséquences pour la Russie»