dans

Sevrage tabagique : les astuces pour utiliser l’e-cig en hiver

Cette année encore, la campagne #MoisSansTabac a fait son come-back pour accompagner les fumeurs et les fumeuses de France et de Navarre. Un mois de novembre de challenges pour écraser la dernière cigarette. Des résultats qui font leurs preuves tant les outils déployés pour relever ce défi sont nombreux. En parallèle, outre-manche, la vaposphère est secouée par une décision inédite. Connu pour ses actions très avant-gardistes dans la lutte contre le tabagisme, le Royaume-Uni met en place une prescription médicale pour les produits de vapotage ! Première mondiale : la cigarette électronique peut être prescrite sur ordonnance. Une initiative qui prouve bien que la cigarette électronique est de plus en plus utilisée dans la lutte contre le tabagisme. Gros plan sur la cigarette électronique et le sevrage tabagique ainsi que les conseils d’utilisation en hiver. 

Comment prendre soin de sa cigarette électronique en hiver ?

Alors que les températures chutent et que la grisaille s’installe, le dressing passe en mode cocooning pour affronter les frimas de saison. À l’image des vêtements iconiques de l’hiver qui nous permettent de rester au chaud, il est des astuces pour garder la cigarette électronique en bon état de fonctionnement. Des conseils à adopter pour pouvoir entamer ou poursuivre le sevrage tabagique à plus forte raison si la température s’approche du 0°C et s’en éloigne dans la négative. 

Aussi logique que cela puisse paraitre, la première des choses est de conserver la cigarette électronique et le matériel de vape au chaud. Bien entendu, il ne s’agit pas de les ranger, de les stocker pour autant à côté d’une source chaude comme un radiateur, une lampe ou encore un chauffe-eau ! L’idée est de ranger le matériel dans la poche intérieure du blouson, du manteau pour éviter le contact direct avec le froid extrême en sortant. Pour éviter le phénomène de condensation dans le compartiment à piles et sur les connexions électriques tout particulièrement, il est primordial de la ranger de telle sorte à ce qu’elle ne soit pas en contact avec l’humidité. C’est pourquoi la cigarette électronique se range dans son étui. L’étui sera placé dans une pochette en velours avec un petit sachet absorbeur d’humidité s’il est rangé dans un sac. Pour éviter les pertes de performances, la batterie qui se décharge ou encore la chute de la tenson maximale, il est impératif de réchauffer la batterie avant d’utiliser la cigarette électrique ou de la recharger. Si la batterie est froide, cela va réduire définitivement sa capacité. L’idée est de garder la mod, les batteries de rechange dans la poche intérieure, d’attendre qu’ils se réchauffent en contact de l’air ambiant une fois arrivé au bureau par exemple. Concernant les E.-liquides, pour éviter le gel dû aux températures basses ou au froid extrême, il faut les conserver dans un endroit tempéré. Cela pour éviter d’affecter la consistance de l’E.-liquide. Le fait de privilégier des mélanges 50/50 (VG/PG) est aussi un plus. Pour finir, exit les drip tip en métal au risque de se retrouver les lèvres collées ou d’avoir une sensation désagréable. Les modèles de drips en plastique ou en résine sont plus appropriés en hiver. 

Comment stopper la clope avec une cigarette électronique ?

Hiver ou pas hiver, de jour comme de nuit, pour stopper la consommation de tabac, la cigarette électronique est l’un des moyens existants pour y parvenir. Bien entendu, il ne s’agit pas de la substituer à la cigarette classique, mais bel et bien de l’utiliser pour arrêter : l’idée étant de ne pas avoir recours à la cigarette électronique pour toujours. Et pour cela, il faut y aller par étape et avoir à l’esprit que la cigarette électronique n’est pas un médicament

Avec un accompagnement et progressivement par palier, il convient tout d’abord d’évaluer sa consommation de tabac. Fonction du nombre de cigarettes fumées par jour, il existe un équivalent en E.-liquide. Par exemple, si la consommation excède la trentaine de cigarettes quotidiennes, l’E.-liquide sera au moins dosé à 18 mg/ml de nicotine. Le temps de s’habituer à la cigarette électronique, mieux vaut ne pas changer le taux de nicotine de l’E.-liquide au risque d’augmenter le risque de rechute. L’astuce consiste ensuite à diminuer la dose de nicotine contenue dans l’E.-liquide progressivement : de 18 à 11, de 11 à 8, de 8 à 4, de 4 à 0 mg/ml par exemple. En complément, il faut aussi penser à réduire l’intensité des arômes choisis ou faits sur mesure pour stopper. C’est important pour réduire la dépendance au tabac, se libérer de la cigarette avant de stopper la vapote. En parallèle, il faut aussi changer ses habitudes ! La pause clope du matin se transforme en pause tisane, la cigarette reste rangée à l’Afterwork … autant de petits rituels qu’il faut petit à petit modifier.. Et parce que personne n’est à l’abri d’une rechute, il faut être indulgent envers soi-même, se donner le temps nécessaire, se fixer des objectifs réalistes et continuer même après un craquage. Et parce qu’en arrêtant progressivement, les bienfaits de l’arrêt du tabac sont nombreux, que le goût et l’odorat sont décuplés petit à petit, mieux vaut faire attention à son alimentation pour éviter la prise de poids. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

site web

Création de site web à neuchatel : nos conseils

Formation photographie JC Pieri

Comment devenir photographe avec la formation photo et vidéo de JC Pieri